PURA VIDA COSTA RICA

Pura Vida est le mot de bienvenue de la part des costaricains et que l’on voit sur tous les t-shirts !

Cela signifie vie pure, car le Costa Rica possède tellement de forêts et de parcs, qu’on se sent effectivement dans la verdure !

Je continue chaque jour à observer les animaux qui m’entourent du côté de ma casita.

Singes, écureuils, lézards, iguanes, oiseaux, etc… Un vrai festival dès le matin.

DSC00895

Ce sont les fruits d’un palmier DSC00715

« Je fais ma petite réserve »

DSC00897

bouhhh, il n’y en a plus pour moi…

DSC00709

Il y a un bébé qui essaie de bien s’accrocher sur son dos…

DSC00900

Ce n’est pas en Europe que l’on verrait ce genre de panneau !

DSC00763

Cet écureuil a mis plusieurs jours pour arriver à ses fins, une patience à toute épreuve et surtout des incisives bien aiguisées…

DSC01028

 

DSC01029

 

 

DSC01031

 

 

DSC01033

A la plage j’observe les locaux qui viennent y passer la journée entre amis ou en famille. Il y a de plus en plus de monde, entre les touristes américains ou canadiens qui ont débarqué pour les vacances et les familles qui profitent de la pause estivale pour profiter des plaisirs de leur côte. Il n’y a effectivement plus de pluie depuis quelques jours, nous entrons dans la saison « sèche ». Surfers ou simple baigneurs prennent plaisir dans cette eau si chaude. Il y a les loisirs classiques de bord de mer, parachute ascensionnel, scooters des mers, cours de surf, stand-up paddle. De temps à autres nous voyons un vols de pélicans (pas encore de photos, j’étais à chaque fois dans l’eau…).

DSC00762

DSC00760

DSC00998

DSC01122 DSC01121

le surf c’est un art de vivre !

DSC01117

Le plus insolite…

DSC01126 DSC01123 DSC01127

Il adorait ça le chien !!

DSC01129

Mais la plus belle…

DSC00960 DSC00956

Eux vendent des granités (sirops à la glace pilée)

DSC01119

Le chiot  se dépêche pour suivre son maître…

DSC01134

Un matin, nous décidons de partir en safari-photos pour découvrir de nouveaux animaux, qui sait ce que nous pouvons rencontrer dans ces forêts. Nous prenons un petit sentier devant chez nous, on nous avait parlé d’un joli point de vue un peu plus bas.

Il y avait effectivement une jolie plateforme qui donnait sur la vallée, des arbres à perte de vue et quelques maisons sur les hauteurs. Nous entendions les aras, au cri très reconnaissable au loin. Nous apercevons sous un grand hôtel une sorte d’immense volière sur le flan de la coline. En fait pas d’oiseau à l’intérieur ou peut-être un ou deux, mais nous en voyons une quinzaine tout autour ! Nous imaginons qu’ils sont là car ils doivent les nourrir. Nous avons appris par la suite qu’effectivement ils s’occupent de la réhabilitation des aras.

Nous ne savons pas vraiment s’ils nous ont vus au loin, car il faut imaginer une distance de plusieurs centaines de mètres, mais tout à coup, nous vivons l’instant magique de les voir s’envoler et se diriger vers nous, tous en même temps ! Ils passent sur nos têtes, nous effleurent de près et se posent sur les arbres autour de nous en criant et en se chamaillant même. Nous étions abasourdis par cette vision de ces oiseaux si beaux juste au-dessus de notre tête, visiblement intéressés par nos personnes. Qu’attendaient-ils de nous ? De la nourriture ? Nous ne le savons pas et finalement quelle importance, ils étaient là, c’était le principal. Ils se sont à nouveau envolés en direction de la volière au loin et chance incroyable, ils sont revenus vers nous !

Nous ne savions plus où donner de la tête, nous essayions avec Stef de faire des vidéos qui s’avèreront « ratées » car nous bougions tellement !

Voici une vidéo « passable »

non non la photo est bien à l’endroit !

DSC01062

 

DSC01061

 

DSC01060

 

DSC01058

 

DSC01057

 

DSC01056

 

DSC01055

 

DSC01054

 

DSC01053

 

DSC01052

 

DSC01051

 

DSC01050

 

DSC01049

 

DSC01063

C’était notre jour de chance, car sur le petit chemin du retour, nous cherchions toujours notre paresseux et bingo, il était là ! Bien sûr à la cime de son arbre, je crois que si un jour on le rencontre en train de descendre, ce sera le jackpot ! Mais tout de même, nous avons réussi à voir son petit minois… C’est vrai qu’on a l’impression qu’il nous sourit 🙂
Nous savons où il est à présent et allons lui rendre visite régulièrement…

DSC01135

Dommage il a juste une petite branche devant le nez…

DSC01144

Enfin il bouge sa tête et nous sourit 🙂

DSC01151

Voici un échantillon de la flore qui nous entoure :

DSC01036

 

DSC01038

Bougainvillier

DSC01039

 

DSC01040

La fleur du paradis

DSC01042

 

DSC01074

Le palmier du voyageur

DSC01075

Bananes en formation

DSC01076

Arbre à vendre ? 😉

DSC01072

 

A l’océan, nous prenons l’habitude de descendre vers le milieu de l’après-midi et restons dans l’eau jusqu’au coucher du soleil qui est vraiment splendide. Chaque soir c’est comme un nouveau tableau.

DSC00981

 

DSC00984

 

DSC00986

 

DSC00993

 

DSC00995

 

DSC01003

 

DSC01013 DSC01015

C’est un évènement qui rassemble, chacun attend ce moment comme si c’était la dernière fois qu’on allait assister à ce beau spectacle. Et si le soleil ne se levait pas demain ?

  • Petit mot de conclusion


    Depuis lundi mes amis Stef, Coco et Cyril sont arrivés à Quepos, ils ont loué un bungalow dans la même résidence que moi. Nous profitons pour l’instant de la piscine, de la découverte des animaux et de l’océan. Nous songeons à louer une voiture pour explorer un peu plus loin les alentours par nous-mêmes.

    Pour le réveillon, les familles descendent en ville et se regroupent sur le bord de mer, car à minuit pile commence le feu d’artifice ! Il n’y a pas eu de décompte particulier du stand d’animation dans la rue, chacun a su quand il était minuit et s’embrassait. Avant l’heure H tout le monde est dans les ruelles et écoute la musique d’un groupe de musique local, style bachata. Les gens dansent, bon le son est tellement fort que nous avons dû nous éloigner pour supporter et apprécier la musique. Peut-être que c’est l’âge… 😉

    Nous avons également vu un groupe de style percussion-band que l’on peut voir habituellement dans les carnavals. On avait assisté avec Corinne à la répétition la veille sur le bord de mer. Très bon niveau et très agréable à regarder et à écouter, car ils accompagnent leur musique d’une petite chorégraphie.

    Sinon comme partout, il faut être prudent avec ses affaires, bien les garder près de soi. J’ai eu très chaud un jour à midi où je suis descendue en ville et ai mangé dans un restaurant local en bord de route. J’ai posé mon sac sur la chaise à côté de moi côté trottoir. Tout à coup, je vois mon sac dans les bras d’un homme et plus sur ma chaise, je crie instantanément et me lève pour lui courir après, l’homme a eu si peur qu’il s’est arrêté et m’a tout rendu comme s’il n’avait rien fait ! Il a ensuite filé très vite… Ce jour-là j’ai eu de la chance, car pas de carte de crédit dans mon sac, ni de papiers, un peu de sous certes, mais surtout mon appareil photo ! que je surnomme « mon meilleur ami » 😉
    Cela aurait été une catastrophe… Du coup je fais très attention à mes affaires, même si ce pays semble sécure, on n’est pas à l’abri de pick-pockets…

    Plus qu’une dizaine de jours à profiter de ce pays très chaleureux avant de changer de cap pour Cuba, certainement également de belles aventures nous attendent, je dis nous car Corinne sera de la partie, nous serons ensemble jusqu’au 10 février pour découvrir Cuba et le Yucatan au Mexique !

  • Suite au prochain épisode…


 

Partager:

Articles connexes

Parc Manuel Antonio et alentours

Nous sommes à 6 km de Manuel Antonio et de son célèbre parc. Nous prenons le bus local comme d’habitude depuis le bas de notre résidence et dix minutes plus tard nous sommes à l’entrée du parc. On nous demande d’ouvrir nos sacs car interdiction

S'évader!